metadata

Inégalité des membres inférieurs et obliquité pelvienne

L'Obliquité Pelvienne (OP) est un concept extrêmement complexe et encore mal compris de la majorité des professionnels de la santé, car il fait intervenir plusieurs articulations, muscles, tendons et ligaments, des pieds jusqu'à la colonne vertébrale. Elle est souvent associée à des problèmes compensatoires de la démarche et mène éventuellement à l'arthrite dégénérative (arthrose) de la hanche, du genou, du pied et de la colonne vertébrale lombaire inférieure.

Le bassin bouge dans les trois plans de l'espace en décrivant un mouvement en forme de « 8 » qui se tord en son axe central lors de la marche. Il comporte trois articulations (deux sacro-iliaques et une symphyse pubienne), il s'arrime sur les têtes fémorales, qui ont une forme arrondie permettant beaucoup d'amplitude de mouvement, et enfin avec la colonne vertébrale par le disque intervertébral L5-S1. Le tout est enveloppé d'une abondante musculature qui actionne des vecteurs puissants transmettant le poids du corps dans le membre inférieur, permettant ainsi la station bipède caractéristique de l'être humain, autant en position statique qu'en mouvement.

Bref, il est très difficile d'évaluer si un bassin est incliné à cause d'une vraie différence de longueur des jambes ou s'il s'agit plutôt d'un problème postural ou d'une déformation intrinsèque du bassin. Seul un docteur expérimenté et habitué à étudier ce type de phénomène en ayant accès à des radiographies spécialisées peut poser un diagnostic juste.

La méthode traditionnelle pour évaluer une Inégalité des Membres Inférieurs (IMI) est la scanographie, qui consiste en termes simples à une radiographie des jambes la plupart du temps en position couchée. Ce procédé comporte des limitations importantes du fait que le positionnement radiologique ne représente nullement la posture réelle du patient lorsqu'il est en action. Certains laboratoires améliorent la technique en radiographiant le patient en station debout, mais le résultat n'informe toujours en rien l'observateur sur la mécanique complexe du bassin et sa relation avec la colonne vertébrale en réponse à cette présumée IMI.

La méthode que préconisent les docteurs en chiropratique de la Clinique OrthoChiropratique est une combinaison d'évaluation clinique (examen physique et bilan musculaire du patient) et radiologique. On fera tout d'abord une appréciation visuelle de la posture globale du patient et celle de son bassin, puis on observera aussi sa démarche pour identifier des problèmes fonctionnels. La radiographie ne demeurant qu'une image 2D d'un patient en 3D, il faut toujours l'interpréter avec prudence et c'est pourquoi nous la réservons en dernière étape pour valider les observations cliniques.

Obliquité pelvienne

La mesure radiologique du bassin que nous employons est une adaptation de la méthode de Ferguson qui s'avère, selon notre expérience, beaucoup plus utile cliniquement que la scanographie des membres inférieurs. En effet, l'inclinaison de 30° vers le haut du tube RX sur un patient de face permet de prendre en compte à la fois :

  • la hauteur des hanches (têtes fémorales),
  • l'alignement des os du bassin (iliaques)
  • l'inclinaison de la base du sacrum, espèce de clé de voute qui supporte la colonne vertébrale et tout le poids du tronc dans le bassin pour le transmette au membre inférieur. L'articulation sacro-iliaque n'offrant que très peu de mouvement (à peine 2° de chaque côté), la mesure dans le plan coronal de l'inclinaison du disque L5-S1 est donc très représentative des contraintes mécaniques que subit la colonne vertébrale lombaire inférieure, à condition bien entendu que la radiographie soit bien centrée
  • L'alignement de la colonne vertébrale lombaire basse (L3-L4-L5) et ses compensations potentielles, qu'il est crucial de tenir en considération afin de ne pas nuire au patient si on songe à insérer une élévation.

LE TRAITEMENT DE L'OBLIQUITÉ PELVIENNE OU DE L'INÉGALITÉ DES MEMBRES INFÉRIEURS

Si une OP est présente, il convient tout d'abord d'identifier s'il s'agit d'un problème fonctionnel ou structurel. Par fonctionnel on entend une déficience au niveau de la posture ou encore une contracture musculaire qui pourrait donner l'apparence d'une inégalité, alors qu'une différence structurelle désigne une vraie asymétrie du squelette (inégalité structurelle ou anatomique).

Dans le premier cas, des soins appropriés de remodelage postural en chiropratique peuvent en général remettre le bassin dans un alignement plus avantageux et ainsi diminuer, ou encore éliminer, les symptômes qui pourraient avoir été associés à cette déficience fonctionnelle.

Dans le cas d'une réelle asymétrie structurelle du bassin ou d'une différence anatomique de la hauteur des membres inférieurs, il convient d'insérer une élévation pour compenser et ainsi limiter l'impact négatif qu'elles auraient sur la posture et les articulations du patient car elles pourraient mener à des problèmes de santé à plus ou moins long terme, tout dépendant de leur sévérité. Chez l'enfant en croissance, il est possible que cette élévation ne soit que temporaire alors que chez l'adulte qui aura achevé sa croissance osseuse, il est probable qu'elle soit permanente car l'anomalie de son squelettique l'est aussi.

À la Clinique OrthoChiropratique, nous avons plus de quinze années d'expérience dans l'évaluation et le traitement de ce type de condition et nous travaillons en étroite collaboration avec plusieurs équipes de podiatres et d'orthésistes.

Obliquité pelvienne Obliquité pelvienne